Santé

EFFET DE L’ALCOOL SUR LE SANG

téléchargez votre guide gratuit ici

Le Dr Richardson, dans ses conférences sur l’alcool, données en Angleterre et en Amérique, parlant de l’action de cette substance sur le sang après être passé de l’estomac, dit :

« Supposons qu’une certaine dose d’alcool soit absorbée dans l’estomac, qu’elle y soit absorbée, mais que, préalablement à l’absorption, elle doive subir un degré convenable de dilution avec l’eau, car il y a cette particularité en ce qui concerne l’alcool. Il est séparé par une membrane animale d’un fluide aqueux comme le sang, qu’il ne traversera pas la membrane avant d’être chargé, jusqu’à un point de dilution donné, d’eau : il est lui-même, en effet, si avide d’eau, il l’enlèvera des textures aqueuses, et les en privera jusqu’à ce que, par sa saturation, son pouvoir de réception soit épuisé, après quoi il se diffusera dans le courant de fluide circulant. ”

C’est ce pouvoir d’absorption de l’eau de toutes les textures avec lesquelles entrent en contact les esprits alcooliques qui crée la soif ardente de ceux qui se livrent librement à son utilisation. Son effet, lorsqu’il atteint la circulation, est ainsi décrit par le Dr Richardson :

en passant par la circulation des poumons, elle est exposée à l’air, et une petite partie de celle-ci, soulevée en vapeur par la chaleur naturelle, est expulsée par l’expiration, si sa quantité est grande, cette perte peut être considérable. Et l’odeur de l’esprit peut être détectée dans la respiration expirée. Si la quantité est petite, la perte sera comparativement faible, car l’esprit sera maintenu en solution par l’eau dans le sang. Après avoir traversé les poumons et a été conduit par le cœur gauche sur le circuit artériel, il passe dans ce qu’on appelle la circulation minuscule, ou la circulation structurelle de l’organisme.

Les artères ici s’étendent dans de très petits vaisseaux, qui sont appelés artérioles, et de ces infiniment de petits vaisseaux jaillissent des radicaux ou des racines tout aussi minuscules des veines, qui deviendront finalement les grands fleuves qui rapporteront le sang au cœur. Dans son passage à travers cette circulation minutieuse, l’alcool se retrouve dans tous les organes. À ce cerveau, à ces muscles, à ces organes sécréteurs ou excréteurs, et même à cette structure osseuse elle-même, elle bouge avec le sang. Dans certaines de ces parties qui n’excrètent pas, il reste pendant un temps diffus, et dans les parties où il y a un grand pourcentage d’eau, il reste plus longtemps que dans les autres parties. À partir de certains organes qui ont un tube ouvert pour transporter les fluides, comme le foie et les reins, il est rejeté ou éliminé, et de cette façon une partie de celui-ci est finalement retirée du corps. Le reste circulant autour de la circulation est probablement décomposé et transporté dans de nouvelles formes de matière.

Quand nous connaissons le cours que l’alcool prend dans son passage à travers le corps, de la période de son absorption à celle de son élimination, nous sommes mieux en mesure de juger quels changements physiques il induit dans les différents organes et structures avec lesquels il  entre d’abord dans le sang, mais, en règle générale, la quantité qui y entre est insuffisante pour produire un effet matériel sur ce liquide.

Si, cependant, la dose prise est toxique ou semi-toxique, alors même le sang, riche comme il est dans l’eau et il contient sept cent quatre-vingt-dix parties sur mille sont affectées. L’alcool est diffusé dans cette eau, et là il entre en contact avec les autres parties constituantes, avec la fibrine, cette substance plastique qui, lorsque le sang est dessiné, se coagule et coagule, et qui est présente dans la proportion de deux à trois parties en mille ; avec l’albumine qui existe dans la proportion de soixante-dix parties ; avec les sels qui donnent environ dix parties ; avec les matières grasses ; et enfin, avec ces minuscules corps ronds qui flottent en myriades dans le sang ( qui ont été découverts par le philosophe hollandais, Leuwenhock, comme l’un des premiers résultats de l’observation microscopique, vers le milieu du dix-septième siècle, ) et qui sont appelés globules sanguins ou corpuscules.

Ces derniers sont en fait des cellules ; leurs disques, lorsqu’ils sont naturels, ont un contour lisse, ils sont déprimés au centre, et ils sont de couleur rouge ; la couleur du sang qui en dérive. Nous avons découvert qu’il existe d’autres corpuscules ou cellules dans le sang en quantité beaucoup plus petite, appelées globules blancs, et ces différentes cellules flottent dans le courant sanguin à l’intérieur des vaisseaux. Le rouge prend le centre du ruisseau; le blanc se trouve à l’extérieur près des parois des vaisseaux, se déplaçant moins vite.

Notre activité est principalement avec les corpuscules rouges. Ils remplissent les fonctions les plus importantes dans l’économie ; ils absorbent en grande partie l’oxygène que nous respirons en respirant, et le portent aux tissus extrêmes du corps ; ils absorbent en grande partie le gaz acide carbonique qui se produit dans la combustion du corps dans les tissus extrêmes, et ramènent ce gaz aux poumons pour y être échangé contre de l’oxygène ; en un mot, ils sont les instruments vitaux de la circulation.

Avec toutes ces parties du sang, avec l’eau, la fibrine, l’albumine, les sels, les matières grasses et les corpuscules, l’alcool entre en contact avec le sang et, s’il est en quantité suffisante, il produit des troubles. J’ai observé très attentivement cette perturbation sur les globules sanguins, car chez certains animaux, nous pouvons voir ceux-ci flotter pendant la vie, et nous pouvons aussi les observer chez des hommes sous l’effet de l’alcool, en enlevant un grain de sang et en examinant l’action, quand elle est observable, est variée : elle peut rapprocher les corpuscules et les faire adhérer en rouleaux, modifier leur contour, rendre le limpide, lisse, le bord externe est irrégulier ou crénelé, ou même étoilé, il peut changer le corpuscule rond en forme ovale, ou, dans les cas extrêmes, il peut produire ce que je peux appeler une forme tronquée de corpuscule, dans laquelle le changement est si grand que si nous ne l’avons pas retrouvé à travers toutes ses étapes.

Tous ces changements sont dus à l’action de l’esprit sur l’eau contenue dans les corpuscules ; sur la capacité de l’esprit à en extraire l’eau. A chaque stade de modification des corpuscules ainsi décrits, leur fonction d’absorption et de fixation des gaz est altérée, et lorsque l’agrégation des cellules en masse est importante, d’autres difficultés surgissent, car les cellules, réunies, passent moins facilement qu’elles ne devraient à travers les minutes des vaisseaux des poumons et de la circulation générale, et entraver le courant, par lequel la blessure locale est produite.

« Une autre action sur le sang, instituée par l’excès d’alcool, se produit sur la fibrine ou la matière plastique colloïdale, où l’esprit peut agir de deux manières différentes, suivant le degré d’action de l’eau sur la fibrine. Elle peut fixer l’eau avec la fibrine, et ainsi détruire le pouvoir de la coagulation, ou bien extraire l’eau de manière si déterminante qu’elle produise la coagulation. ”

Prenez votre santé en main avec des méthodes naturelles , voici l’ebook « stop hypertension »

Vous voulez obtenir un guide gratuit , n’hésitez pas, c’est ici.

 

Related posts

L’ALCOOL N’A PAS DE VALEUR ALIMENTAIRE

Lya972

ACTION DE L’ALCOOL SUR LES ORGANES INTERNES

Lya972

Laisser un commentaire