Santé

L’ALCOOL N’A PAS DE VALEUR ALIMENTAIRE

téléchargez votre guide gratuit ici

L’alcool n’a aucune valeur nutritive et son action en tant qu’agent correctif est extrêmement limitée. Selon le Dr Henry Monroe,  toute substance utilisée par l’homme comme nourriture consiste en sucre, amidon, huile et matière glutineuse mélangés dans des proportions variées.  Ceux-ci sont conçus pour le soutien du cadre animal. Les principes glutineux de la fibrine alimentaire, de l’albumine et de la caséine sont utilisés pour construire la structure tandis que l’huile, l’amidon et le sucre sont principalement utilisés pour générer de la chaleur dans le corps. Il est maintenant clair que si l’alcool est un aliment, il contient une ou plusieurs de ces substances. Il doit y avoir soit les éléments azotés trouvés principalement dans les viandes, les œufs, le lait, les légumes et les graines, à partir desquels les tissus animaux sont construits et les déchets réparés ou les éléments carbonés trouvés dans la graisse, l’amidon et le sucre et la force sont évoluées.  La distinction de ces groupes d’aliments, dit le Dr Hunt,  et leurs relations avec les capacités tissulaires et thermodynamiques de l’homme, sont si définies et si confirmées par des expériences sur les animaux et par de multiples essais scientifiques, physiologiques et pour tracer une ligne de démarcation tellement étroite que l’on se limite entièrement à la production de tissus ou de cellules et l’autre à chauffer et forcer la production par la combustion ordinaire et à nier toute puissance de l’interchangeabilité dans le cas d’une demande spéciale ou d’un approvisionnement défectueux d’une variété est, en effet, indéfendable, ce qui ne remet nullement en cause le fait que nous sommes en mesure de les utiliser comme repères déterminés.  La façon dont ces substances sont assimilées et comment elles génèrent de la force sont bien connues du chimiste et du physiologiste, qui peuvent, à la lumière de lois bien établies, déterminer si l’alcool possède ou non une nourriture. Pendant des années, les hommes les plus capables de la profession médicale ont donné à ce sujet l’étude la plus minutieuse, et ont soumis l’alcool à tous les tests et expériences connus, il en résulte que, d’un commun accord, il a été exclu de la classe des aliments destinés à la fabrication de tissus.  Nous n’avons jamais vu, dit le Dr. Hunt, une seule suggestion suggérant qu’il pourrait agir ainsi, et ceci est une supposition de promiscuité. Un écrivain (Hammond) pense qu’il peut d’une façon ou d’une autre combiner avec les produits de se décomposer dans les tissus et « dans certaines circonstances, céder leur azote à la construction de nouveaux tissus.  Aucun parallèle dans la chimie organique, ni aucune évidence dans la chimie animale, ne peut être trouvé pour entourer cette estimation avec l’aréole d’une hypothèse possible. Dr Richardson dit : “L’alcool ne contient pas d’azote, il n’a aucune des qualités des aliments de construction de structure ; il est incapable d’être transformé en l’un d’eux ; ce n’est donc pas une nourriture, en aucun sens, qu’elle soit un agent constructif dans la construction du corps. ” Dr. W.B. Carpenter dit : “L’alcool ne peut rien apporter qui soit essentiel à la vraie nutrition des tissus.” Le Dr Liebig dit : la bière, le vin etc., ne fournissent aucun élément capable d’entrer dans la composition du sang, de la fibre musculaire ou de toute autre partie qui est le siège du principe de la vie. Dr Hammond, dans ses conférences tribune, dans lequel il préconise l’utilisation de l’alcool dans certains cas, dit : il n’est pas démontrable que l’alcool subit une conversion en tissu. Cameron, dans son Manuel d’Hygiène, dit : il n’y a rien dans l’alcool avec lequel n’importe quelle partie du corps puisse être nourrie. Dr. E. Smith, F.R.S., dit : L’alcool n’est pas un vrai aliment, il interfère avec l’alimentation. Dr. T.K. Chambers dit :  il est clair que nous devons cesser de considérer l’alcool comme un aliment. Ne pas détecter dans cette substance, explique le Dr Hunt, tous les ingrédients de fabrication de tissus, ni dans sa rupture des combinaisons, tels que nous sommes en mesure de tracer dans les aliments cellulaires, ni aucune preuve non plus dans l’expérience des physiologistes ni dans les épreuves des agents alimentaires, il n’est pas merveilleux que nous n’y trouvions ni l’attente ni la réalisation d’un pouvoir constructif. Ne trouvant pas dans l’alcool quelque chose à partir duquel le corps peut être construit ou ses déchets fournis, il est ensuite à examiner quant à sa qualité de production de chaleur.

Production de chaleur

Le premier test habituel pour un aliment producteur de force,  dit le Dr Hunt, et celui auquel répondent les autres aliments de cette catégorie, est la production de chaleur en combinant de l’oxygène avec celle-ci. Si l’on examine les graisses, les amidons et les sucres, on peut tracer et estimer les processus par lesquels ils dégagent de la chaleur et se transforment en force vitale. Nous constatons que la consommation de carbone par union avec l’oxygène est la loi, que la chaleur est le produit, et que le résultat légitime est la force, tandis que le résultat de l’union de l’hydrogène des aliments avec l’oxygène est l’eau. Si l’on trouve de l’alcool sous cette catégorie d’aliments, on s’attend à juste titre à trouver quelques-unes des preuves qui s’attachent aux hydrocarbures.

Quel est donc le résultat d’expériences dans cette direction ? Ils ont été conduits pendant de longues périodes et avec le plus grand soin, par des hommes de haut niveau en chimie et en physiologie, et le résultat est donné par ces quelques mots, par le Dr H.R. Wood, Jr., dans sa Materia Medica. Personne n’a été capable de détecter dans le sang les résultats ordinaires de son oxydation. Autrement dit, personne n’a pu constater que l’alcool a subi une combustion, comme les graisses, l’amidon ou le sucre, et que la chaleur a été transmise au corps.

Alcool et réduction de la température

Au lieu de l’augmenter ; et il a même été utilisé en cas de fièvre comme antipyrétique.

Les témoignages des médecins d’Europe et d’Amérique sur les effets refroidissant de l’alcool sont si uniformes que le Dr Wood dit, dans sa Materia Medica, qu’il ne semble pas utile d’occuper l’espace par une discussion sur le sujet. Liebermeister, un des plus savants collaborateurs de la Cyclopaedia of the Practice of Medicine de Zeimssen, dit en 1875 : je me suis convaincu depuis longtemps, par des expériences directes, que l’alcool, même à des doses relativement élevées, n’élève pas la température du corps. soit bien ou malade. Si bien que les voyageurs de l’Arctique avaient appris que, avant même que les physiologistes aient démontré que l’alcool réduisait, au lieu d’augmenter, la température du corps, ils avaient appris que les esprits diminuaient leur résistance au froid extrême. Dans les régions du Nord, dit Edward Smith, il a été prouvé que toute l’exclusion des spiritueux était nécessaire, afin de retenir la chaleur dans ces conditions défavorables.

Il ne fait aucun doute que l’alcool cause des défauts dans les processus d’élimination qui sont naturels pour le corps sain et qui, même dans la maladie, sont souvent conservateurs de la santé.

Prenez votre santé en main avec des méthodes naturelles , voici l’ebook « stop hypertension »

Related posts

EFFET DE L’ALCOOL SUR LE SANG

Lya972

ACTION DE L’ALCOOL SUR LES ORGANES INTERNES

Lya972

Laisser un commentaire